• [Divin] Haruki Murakami, Saules aveugles, femmes endormies

    " [...] et ainsi, à chaque fois que ton nom sera prononcé, il sera sanctifié sur l'onirique autel d'une lectrice hystérique en plein trip poétique. "


    I Haruki Murakami

    Né à Tokyo en 1949, HM est le traducteur japonais de Scott Fitzgerald, Raymond Carver et John Irving. Il s'est expatrié en Grèce, en Italie, puis aux Etats-Unis et, en 1995, il décide de rentrer au Japon après le tremblement de terre de Kobe. HM a rencontré le succès dès la parution de son premier roman Ecoute Le Chant Du Vent (1979), qui lui a valu le prix Gunzo. Suivront notamment Chroniques De L'Oiseau à Ressort, Au Sud de la Frontière, A l'ouest du Soleil, Les amants du Spoutnik, Kafka sur le Rivage et le Passage de la nuit. Son dernier ouvrage, Portrait de l'artiste en coureur de fond, a paru en 2009 aux Éditions Belfond. Plusieurs fois favori pour le prix Nobel de littérature, HM est aujourd'hui un auteur culte au Japon et son oeuvre est traduite dans plus de trente pays."


    II Quatrième de couverture:

    Conteur hors pair, HM explore dans ces 23 nouvelles délicatement ciselées, une multitude de mondes oscillant perpétuellement entre réel et rêve. Parmi ces vies suspendues, de troublants portraits : Un homme d'affaire hanté par son premier amour, un couple adultérin réfugié sur une île grecque, un homme obsédé par les spaghettis, ou encore un gardien de nuit poursuivi par son reflet... Qu'ils guettent un présage ou un miroir, la mort ou un kangourou, tous sont empreints d'une mélancolie poétique qui fascine et résonne en chacun de nous.


    III Well ?

    a) Style:

    Je ferais court parce que j'ai déjà évoqué le style de Monsieur Murakami ici.
    C'est quelque chose de très propre et net, une rigueur qui est là comme une armature pour les phrases. Et puis il y a ce côté onirique, très imagé qui s'enroule comme un serpent de fleur de cerisier. L'air de rien on vous cache des choses pour ne les révéler que plus tard, au moment opportun. Le vocabulaire est très soigné, les dialogues évoque toute la retenue nippone : parler peu mais juste.
    C'est tout simplement un régal, rare sont les auteurs contemporains à avoir encore un peu de dignité et de beauté dans leurs écrits (oui je radote).


    b) Histoire :

    Oh ces histoires... De vrais merveilles, une pureté, une douceur, un rêve sans fin, parfois des situations sans queues ni têtes, de la tristesse aussi, mais surtout de l'espoir et de la beauté.
    Je n'ai pas aimé les 23, certains m'ont déçues, parce que je m'attendais à tout autre chose et que parfois on n'oublie qu'avec Murakami il n'y aura pas de zombie sortant d'un placard en dégobillant partout (lire du Brussolo et du Murakami en même temps ce n'est pas un bon mélange de genre). Donc en autre l'Avion et Le Miroir je n'ai que très moyennement aimé, le reste c'était juste trop bon.


    IV Et donc ?

    Et donc il faut le lire de toute urgence, pour tous ceux qui ont besoin d'une pause douceur et contemplation dans leur vie qui va trop vite. Du très bon bouquin encore, divin.


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Juillet 2011 à 23:18
    Haruki
    J'suis tellement imbue de moi-même que je vais m'auto-commentée tiens. Je ne me suis pas trop foulée, mais je ne voulais pas commenter les 23 nouvelles pour ne pas les spoiler et parce que ce serait très rébarbatif pour ceux qui n'ont pas lu le bouquin (et pour moi aussi d'ailleurs). J'ai encore craqué, j'ai acheté roisse d'occasions de Brussolo, du coup je lis je lis et plus je lis plus je pense que la seule chose qui fera justice à Serge, c'est un bon gros dossier, avec tous les bouquins que j'ai pu lire de lui. Ouais rien que ça. J'ai dépassé le cap de la trentaine d'exemplaire, alors je ferais ça à temps perdu, mais un jour, il va naitre celui-là.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :